Présentation
Présentation
Les grandes périodes
PRESENTATION

Depuis ma "tendre enfance", je m'intéresse à la science-fiction et plus particulièrement au genre nommé "space-opéra". On y découvre des épopées grandioses, une grande variété de mondes et de civilisations, des univers complets. Au fil de mes lectures, j'ai remarqué que les auteurs citaient des événements "historiques" donnant même des dates (référencées sur divers calendriers). Alors, m'est venu l'idée de mettre en relation les grands classiques de la science-fiction pour aboutir à une HISTOIRE DU FUTUR cohérente. Voici le résultat de ma compilation.


QUATRE GRANDES PERIODES

1) L'ère post-apocalyptique (sur Terre et dans le système solaire).

La science-fiction, et plus particulièrement le genre qui m'intéresse, a connu son apogée dans les années de la "guerre froide" entre les Etats-Unis d'Amérique et l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Tout naturellement, le futur proche décrit dans les livres, BD et autres supports est sombre, marqué par la peur de la guerre thermo-nucléaire ou de quelconques destructions de masse.

Mais même dans les romans les plus noirs, il y a toujours l'espoir que l'humanité parviendra à se relever, à reconstruire sa civilisation et même à faire mieux qu'avant. Ayant frôlé la destruction totale, les humains vont s'unir et partir à la conquête de l'espace. Dans un premier temps, c'est le système solaire seulement qui sera leur terrain d'action mais bientôt, grâce à d'inévitables progrès technologiques, c'est la route des étoiles qui s'ouvrira à eux.

2) Les fédérations interstellaires successives.

En explorant le cosmos, l'humanité va rencontrer d'autres civilisations. Les moins développées seront colonisées sans merci (comme ce fut si souvent le cas durant l'Histoire, la vraie). Les autres, nos égales, seront des rivales combattues férocement avant d'éventuellement devenir nos alliées.

3) La nouvelle humanité intègre la République Galactique (au départ comme civilisation mineure).

Puis, un jour, les humains découvriront que d'autres civilisations beaucoup plus puissantes, ne se contentaient pas comme eux d'une domination interplanétaire ou même interstellaire (dans un rayon relativement proche de leur système d'origine). De grandes civilisations "galactiques", associées en une sorte d'Organisation des Nations Unies version science-fiction, contrôlaient depuis fort longtemps la Voie Lactée et peut-être même l'espace au-delà de notre seule galaxie.

4) L'Empire remplace la République (naissance, apogée et déclin).

Admise au départ comme civilisation mineure, l'humanité va peu à peu devenir la civilisation dominante au sein de l'organisation galactique. L'idéologie "impérialiste" des auteurs de référence, pour qui civiliser était peut-être synonyme de dominer, conduit généralement à l'édification d'un système politique où l'humain s'impose tandis que les autres civilisations sont progressivement réduites aux seconds rôles voire ne sont même plus citées.

Mais comme tout belle histoire a une fin, l'empire humain ne durera pas éternellement ...


MES SOURCES

Il me sera difficile de citer tous les livres, toutes les bande-dessinées, tous les films ou encore tous les jeux de rôles dont j'ai collecté les données pour rédiger cette Histoire du Futur compilée. Mais je vais m'efforcer d'être exhaustif ne serait-ce que pour rendre à chaque auteur son mérite. Si d'aventure les internautes qui découvrent mon site remarquent un oubli, je leur serai reconnaissant de me corriger.

D'emblée, ce sont les séries "Fondation" d'Isaac Asimov (élu roman du siècle de la science-fiction ... en 1965) et "Dune" de Frank Herbert (publié à partir de ... 1966) qui sont les clés de voute de cette Histoire du Futur. Côté cinématographique, c'est bien entendu "StarWars" qui m'a inspiré (en attendant l'ultime épisode !). J'avais 7 ou 8 ans quand "La guerre des étoiles" est sortie sur les écrans français ! Enfin, je dois rendre un hommage particulier au jeu de rôle français créé par François Nedelec : "Empire galactique" (aujourd'hui hélas supplanté par son homolgue américain inspiré du film de George Lucas ... Vraiment dommage car les illustrations de Manchu étaient grandioses).


DATATION(S)

1) Quelques dates de référence de la science-fiction.

Isaac Asimov situe l'An 1 de l'ère de la "Fondation" en 12069.
Frank Herbert, dans "Dune", situe la bataille d'Arrakis, dans laquelle Paul "Muad'dib" Atréïdes renverse l'Empereur Padishah Shaddam 4, en 10193.
Le jeu de rôle "Empire Galactique" s'insère les deux : en 11500.
Dans l'une des nombreuses extensions du jeu de rôle "Star Wars", on trouve une date qui permet d'utiliser la chronologie détaillée habituellement avec le film "épisode IV" comme référence. La race des Sullustains situe le couronnement impérial de Palpatine en 8594.
Ainsi de suite ...

Pour d'autres romans par contre, il a été moins facile d'harmoniser. Pour conserver une cohérence à l'ensemble, j'ai parfois du "tricher" en considérant que les calendriers ne se référaient plus à Jésus-Christ mais plutôt à l'apocalypse nucléaire qui aurait effacé presque toutes les archives passées. Ce subterfuge me permit de décaler la plupart des événements décrits dans "Les Galaxiales" de 2000 bonnes années. Et pour des événements situés dans un futur très proche, je me suis souvent autorisé une marge "d'erreur" d'un siècle ... toujours pour la même raison : notre présent et même le futur proche seront difficiles à dater avec précision par les historiens d'un lointain futur, éparpillés dans la galaxie et disposant de peu de vestiges (à cause des guerres anciennes).

2) Datation selon les historiens du futur.

Parmi les nombreux systèmes de datation existant ou ayant existé, celui qui est traditionnellement utilisé prend comme repère (année 1) la naissance du supposé demi-dieu Jésus-Christ (fils du dieu Iahvé/Jehovah/Elohim et de l'humaine Marie) sur la planète Terre (Sol 3).

La période standard utilisée depuis l'âge interstellaire (décompte en temps universel, dit T.U.) se divise en 360 jours (approximation communément admise parmi les populations des nombreuses colonies de planètes telluriques). L'année compte donc 12 mois de 30 jours.

Un autre système de datation très répandu, et même préféré sur une bonne partie des mondes de niveau technologique "galactique" (NT6), utilise la fondation de la Guilde Spatiale comme "année 0" plutôt qu'une hypothétique naissance semi-divine (d'une religion qui ne fait de toute façon pas l'unanimité). Détail pratique, les deux événements sont exactement séparés de 10.000 ans. La conversion de l'un à l'autre est donc très simple : il suffit de modifier le chiffre des dizaines de mille.

Histoire du Futur
13/06/03